Préserver la qualité des œufs avec Shellbiotic

Avec des cycles de production d’œufs prolongés jusqu’à 100 semaines d’âge, préserver la qualité des œufs, en particulier pendant la deuxième partie du cycle de production, est une préoccupation croissante. S’attaquer à ce problème nécessite une compréhension approfondie de la physiologie de la poule et une approche multifactorielle. Shellbiotic procure un mélange unique d’acides gras à chaîne moyenne (AGCM) qui améliore la production et la qualité des œufs.

Contexte physiologique : l’équilibre fragile entre la quantité et la qualité des œufs

L’œuf de poule est une source de nutriments équilibrée qui présente un grand intérêt pour l’alimentation humaine dans le monde entier. La fabrication de ce produit essentiel repose sur des processus physiologiques méticuleux orchestrés par l’appareil reproducteur de la poule domestique.

Entre 16 et 20 semaines d’âge, la poule subit des changements hormonaux qui entraînent un développement rapide de ses organes reproducteurs. L’hypophyse joue un rôle majeur en produisant des gonadotrophines qui stimulent l’expansion de l’ovaire gauche et le développement des follicules. En retour, les follicules en développement stimulent la maturation de l’oviducte par la sécrétion d’œstrogènes et de progestérone. Ce développement coordonné de deux organes clés pour la production d’œufs – l’ovaire et l’oviducte – permet aux poules domestiques de commencer leur cycle de production d’œufs.

La production d’œufs est ensuite contrôlée par l’ovaire et l’oviducte de manière complémentaire. D’une part, les composants du jaune sont produits par le foie sous le contrôle d’œstrogènes provenant principalement de l’ovaire. Leur accumulation dans les follicules préovulatoires avant l’ovulation est un processus de longue durée (de plus d’une semaine). L’intensité de la production d’œufs est directement liée au nombre de jaunes produits et à leur ovulation. Cette caractéristique peut donc être attribuée à l’ovaire. D’autre part, l’oviducte assure la sécrétion de l’albumen et de la coquille des œufs dans un processus de courte durée entre l’ovulation et l’oviposition (environ 22-23 heures). C’est donc ce dernier organe qui détermine la plupart des caractéristiques qualitatives de l’albumen et de la coquille.

De nos jours, l’une des tendances mondiales insufflées par les entreprises de génétique consiste à améliorer la persistance de la ponte afin de réduire l’impact environnemental du secteur et d’augmenter sa rentabilité. Cependant, prolonger les cycles de ponte jusqu’à 100 semaines d’âge pour atteindre 500 œufs par poule du poulailler augmente le risque de dysfonctionnement des oviductes et la sensibilité à l’ostéoporose. Dans ce contexte, il est essentiel de maintenir un bon équilibre entre la persistance de la ponte et les caractéristiques qualitatives des œufs.

Préserver la qualité des œufs avec Shellbiotic

La composition de l’œuf varie avec l’âge. Le poids du jaune augmente avec l’âge des poules, tandis que les poids de la coquille et de l’albumen restent égaux, ce qui entraîne une diminution du pourcentage relatif de matériau de la coquille et des coquilles d’œufs plus fragiles. Simultanément, une incidence plus élevée d’œufs défectueux est courante en fin de cycle, atteignant même jusqu’à 20 %. L’impact économique de ces changements dans la qualité des œufs représente toujours un obstacle majeur à surmonter pour les cycles de ponte prolongés. En outre, la préservation de la qualité des œufs est également essentielle pour garantir la santé des consommateurs et limiter leur exposition aux agents pathogènes.

Outre la nutrition minérale, plusieurs facteurs peuvent altérer la qualité des œufs, notamment l’âge, la race, la santé de l’animal, le système d’abri ou les ingrédients fonctionnels. Par exemple, les protéines jouent un rôle important dans la détermination de la qualité des œufs. Les ovomucines procurent des propriétés visqueuses à l’albumen, tandis que les protéines matricielles spécifiques à la coquille (comme les ovocléidines et les ovocalyxines) confèrent une texture aux coquilles d’œufs et améliorent leurs propriétés mécaniques. Shellbiotic est une combinaison d’AGCM et d’acide lactique développée par Agrimprove pour soutenir le système immunitaire des animaux et reposant sur une connaissance approfondie des effets antibactériens et anti-inflammatoires de ces ingrédients. En plus d’améliorer la santé et la morphologie intestinale dans la section proximale du tractus gastro-intestinal (TGI), Shellbiotic contribue également à maintenir un pH optimal du gésier, ce qui favorise la digestibilité des protéines et la solubilisation des minéraux pour nourrir l’oviducte.

Tableau 1 : Effet de Shellbiotic sur les performances de ponte lors d’un essai terrain de 41 à 58 semaines d’âge.

En améliorant la production journalière des poules, la qualité des œufs, le poids des œufs et en réduisant la mortalité (tableau 1), Shellbiotic entraîne une augmentation du nombre total d’œufs par poule du poulailler. Les données de terrain (figure 1) indiquent que, par rapport à un groupe témoin, Shellbiotic a réduit de 4 % le nombre d’œufs de deuxième catégorie à l’âge de 78 semaines et est donc capable de soutenir la qualité des œufs à mesure que les poules vieillissent. Globalement, en soutenant la physiologie de la poule, Shellbiotic améliore les performances de ponte et maintient la qualité des œufs après le pic de production.

Figure 1 : Effet de Shellbiotic sur le pourcentage d’œufs de deuxième qualité

Votre expert Agrimprove

Vous avez une question ou souhaitez un conseil personnalisé ? Votre expert Agrimprove est prêt à vous aider. Contactez-le directement ou demandez à être contacté à votre convenance.

Jean philippe Llorca
Sales Manager

Stay up-to-date

Would you like to be kept informed of our latest developments? Register here and stay up to date.

I'm interested in(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.