header_dots_v04
idée #04

Optimisation de l’efficacité des protéines

Maximiser l’effet d’autorégulation par le pH gastrique, combiné à des molécules antibactériennes efficaces et efficientes, réduira la charge totale des bactéries intestinales et leur consommation en protéines nutritionnelles. En évitant la dégradation intestinale due à la prolifération d’agents pathogènes et en épargnant le système immunitaire de secours, la disponibilité des protéines pour la production de viande ou d’œufs sera à nouveau accrue.

Dans les environnements non industrialisés, les volailles sont capables de sélectionner leurs nutriments de manière équilibrée pour maintenir une bonne santé et une bonne capacité de reproduction. Aucun antibiotique chimique n’est disponible comme soutien en cas de perturbations. Pourtant, dans de telles circonstances, les volailles peuvent produire des œufs de bonne qualité, se reproduire efficacement et produire une viande de bonne qualité. Comment peuvent-elles y parvenir ? Les volailles possèdent des mécanismes d’autorégulation qui lui leur permettent de faire face aux risques et menaces environnementales. Ces mécanismes sont, par exemple, une couche épidermique bien développée, la croissance des plumes et un système digestif bien développé. En outre, le système digestif doit être capable de réduire les menaces bactériennes, protozoaires et virales. De même, un système immunitaire complexe et spécifique est là pour intervenir en cas d’échec de la première ligne de défense.



La régulation du PH du tractus digestif est essentielle

L’un des principaux mécanismes d’autorégulation est la régulation du pH du tube digestif. L’estomac des volailles a pH plus faible, entre 2,5 et 4, selon l’âge et la nutrition (composition, structure, consommation). Ce faible pH est nécessaire pour solubiliser les minéraux tels que le calcium et pour amorcer la digestion. Le tractus intestinal des volailles est très court par rapport aux autres animaux d’élevage. Pour augmenter le temps de passage et ainsi la digestion, les volailles possèdent un ingénieux système de reflux de la partie proximale de l’intestin grêle vers l’estomac PH du tractus digestif n’affecte pas seulement l’activité des enzymes pour digérer les nutriments mais agit également comme une barrière pour retenir les agents pathogènes. Là encore, un gésier plus grand combiné à des reflux, entraînant un temps de présence accru dans un environnement à faible pH, sera bénéfique pour la capacité à contrôler les bactéries.

Ce qu’il ne faut pas faire

Une réduction supplémentaire du pH de l’estomac ne serait pas bénéfique car elle nécessiterait une protection supplémentaire de la surface interne de ce dernier. La sécrétion de protons réducteurs de pH coûterait également plus d’énergie, alors que la plupart des bactéries ne seraient pas affectées. La sécrétion et l’activité des enzymes pancréatiques et intestinales pourraient même être affectées négativement, de sorte qu’une réduction supplémentaire du pH de l’estomac ne favoriserait pas l’efficacité des protéines.

Une meilleure digestibilité des protéines doit être obtenue en créant un pH optimal dans l’estomac et dans l’intestin, mais également en s’assurant que le temps de rétention soit suffisant pour digérer toutes les protéines.

Stratégie privilégiée

Une meilleure digestibilité des protéines doit être obtenue en créant un pH optimal dans l’estomac et dans l’intestin, mais également en s’assurant que le temps de rétention soit suffisant pour digérer toutes les protéines. En outre, les bactéries qui peuvent survivre au faible pH de l’estomac devraient être ciblées avec des composés antibactériens. Les molécules qui peuvent déstabiliser la membrane cellulaire de la bactérie et/ou qui sont capables de pénétrer à travers la membrane cellulaire et de provoquer des fuites et/ou qui ont une activité antibactérienne à l’intérieur de la cellule bactérienne (réduction du pH, intercalation de l’ADN) sont la meilleure option. Ce principe de « sniper » permettrait de se concentrer sur les bactéries pathogènes sans causer de dommages collatéraux sur les bactéries non pathogènes survivant à un pH faible (comme les lactobacilles,…).

Solutions à considérer

Prêt pour une amélioration ? Essayez l’une des solutions que nous vous suggérons et dont la valeur ajoutée est avérée.

AROMABIOTIC® POULTRY

Tout est question d’équilibre pour les rôtisseurs
détails

SUPPLANT D

Améliorer les performances des poulets de chair

détails

Contactez votre expert agrimprove

Vous avez une question ou souhaitez un conseil personnalisé ? Votre expert Agrimprove est prêt à vous aider. Contactez-le directement ou demandez à être contacté à votre convenance.

Jean philippe Llorca
Sales Manager
Contact request

Stay up-to-date

Would you like to be kept informed of our latest developments? Register here and stay up to date.

I'm interested in(Required)
Consent(Required)
This field is for validation purposes and should be left unchanged.